samedi 20 juillet 2019

Premiers aveux de Peña (1993)

Légèrement poussée par une heureuse intervention sur un réseau social  de Gema Lozano, l'équipe d'Ummo-Sciences s'est décidée à mettre en ligne les premiers courriers d'aveux de José Luis Jordán Peña à Farriols.

Peña serait-il un vrai Pinocchio ? Son ange pleure devant le confessionnal.
Illustration réalisée à partir de photos de Pixabay.com modifiées grâce à Gimp et G'Mic

Merci encore à Gema d'avoir initié le mouvement en publiant une des lettres concernées (celle du 16 avril 1993).
Ne cherchez pas ces courriers sur le site d'Ummo-Sciences, ils n'y sont pas encore.
Nous n'avons eu que les photographies assez floues (car compressées sur le réseau) des courriers originaux en espagnol, celles que vous retrouverez ici en illustration.

Ces aveux, dans lesquels JLJP s'accuse d'avoir monté le dossier UMMO, sont répartis sur 3 lettres successives datées du 11, du 16 et du 19 avril.
Dans ce billet, je me suis efforcée de traduire, sans aucune garantie car je ne connais pas du tout l'espagnol, ces textes. Merci donc à mes lecteurs de me signaler les erreurs de traduction.
Merci aussi aux développeurs de DeepL, Google Traduction, Linguee et à mes anciens professeurs de latin.

Lettre de JLJ Peña à Farriols en date du 11 avril 1993



TRÈS CONFIDENTIEL Madrid, le 11 avril 1993

Chers Rafael et Carmela,

Je ne doute pas que vous me comprendrez... C'est pourquoi je vous prie d'accepter MA VERSION des faits. Ces dernières années, j'ai subi une telle pression de la part des médias : la presse française a même été jusqu'à dire que j'étais un agent du KGB (rien d'étrange à cela puisque auparavant avait circulé la version opposée disant que j'étais un agent de la CIA). Je n'en peux plus, alors j'ai décidé de dire MA vérité : j'ai été l'auteur de la supercherie UMMO.

Vraisemblablement: la publicité faite autour par Ribera, Aguirre et le livre de Petit ont fait le reste. Ne vous inquiétez pas parce que je vous ai rangé dans un groupe d'étude critique composé de personnes intelligentes ayant gardé un certain scepticisme face aux rapports Ummo.
Il y a un journaliste à qui je vais donner toutes les informations, je veux dire par là que je vais endosser toute l' "Affaire" Ummo.

Il est tout à fait clair que les derniers rapports Ummo (y compris celui qui vous convoque à la réunion) sont faux (y compris celui qui fait allusion au Saint-Suaire). Le sceau est une merveille d'impression. Peu importe, car la convocation me permettra de révéler que j'ai été l'auteur de cet édifice si gigantesque qu'est Ummo.

J'ai une crainte. Et ce sont les médias, ne croyez pas ce qui n'est pas écrit avec ma signature, parce que je ne pourrai pas corriger tant d'articles possibles dans l'état où je me trouve.

C'est une marque de mon ardente affection envers vous. À tel point que je respecte le code éthique que j'avais avec le groupe de Madrid. Je vous prie de lire confidentiellement cette lettre à Barranechea, Jiménez Marhuenda et Franz. Laissant aux autres la lourde tâche d'accepter la version des faits telle que je les explique.

Je vous en prie : ne me demandez plus rien. J'ai confiance en votre silence et votre loyauté. Recevez les marques d'une immense amitié. Les moments difficiles à avaler comme celui-ci sont le symbole du sens profond que nous donnons au cœur.

Recevez ma stricte affection.

Lettre de JLJ Peña à Farriols en date du 16 avril 1993


Madrid, le 16 avril 1993

Chers Rafael et Carmela,

L'affaire Ummo a fait l'objet d'une telle publicité qu'ils ont rompu tout contact avec nous. C'est le risque qui était encouru en publiant les rapports de manière débridée comme l'ont fait Ribera et Aguirre. Maintenant, il est trop tard. Toutes les relations avec le Groupe ont été coupées.

C'est pourquoi j'ai décidé de raconter MA version des faits.
Bousculé par la propagande opposée. Surtout en France.
Un jour, nous saurons toute la vérité. Vous devriez maintenant avoir la certitude absolue que tous les rapports que vous recevez sont faux.

Surtout les derniers impliquant Gorbatchev et l'ex-président Reagan au sujet de la paix mondiale. Et celui sur la guerre du Golfe. Méfiez-vous des convocations apocryphes, car ils ont parfaitement contrefait le sceau. La falsification est regrettable, mais c'est comme ça.

Le mieux,c'est que vous croyiez ce que je vais dire dans la presse. C'est le mieux. Oubliez autant que possible ce qu'on appelle l'affaire Ummo, une affaire si parfaite que les lecteurs verront que tout est faux.

S'il vous plaît, ne me demandez plus rien, c'est tout ce que je puis dire.
Je vous prie de lire ce rapport confidentiel à Barranechea A Jiménez Marhuenda, Lu et au Père Pilón.

Chaleureuse étreinte. Je regrette de ne pouvoir m'exprimer facilement de vive voix.

Lettre de JLJ Peña à Farriols en date du 19 avril 1993


Madrid, le 19 avril 1993

Chers Rafael et Carmela,

Je suis vraiment désolé d'avoir éteint une illusion. Je voulais la prolonger, jusqu'à ce que les circonstances ne m'obligent à en faire autrement. Soyez assuré que j'en suis affligé de toute mon âme. Tout était si bel et beau que je l'ai vécu comme vous l'avez vécu.
Le formidable bâtiment a été construit par moi seul. La philosophie qu'il abritait rappelait ma pensée propre. Peut-être que si j'avais cherché à exprimer ouvertement mes idées, vous ne l'auriez pas pris avec le goût délicieux de ce qui est étranger. 

Je vous ai envoyé les rapports jusqu'à ce que ma maladie n'en décide autrement.
Il s'agissait en pratique des lettres publiées par cyclostyle pour Aguirre. Puis j'ai arrêté d'écrire. Le reste de ces années, vous ne pouvez pas me les imputer. Trop de "clones" sont apparus, des acteurs inconnus qui ont magistralement copié les rapports. Parmi eux se trouvait Pons, à qui j'ai reproché d'avoir envoyé une lettre grossière (celle sur le sperme). D'autres rapports venaient d'une secte hindoue. C'est de là que je me suis camouflé dans l'espoir de découvrir exactement qui était le plagiaire. J'ai découvert qu'on m'avait traqué moi-même avec une vidéo enregistrée clandestinement. Des opposants aux sectes destructrices pouvaient assumer la paternité de certains autres.  

D'autres encore... pour faire bref, étaient de paternité inconnue. À tel point que j'ai sérieusement douté de vous tous. Maintenant, je suis sûr de votre innocence. Cela est si vrai que je me suis arrangé pour tout révéler. Même si cela me coûte mon sang et surtout votre amitié inoubliable et chère. C’était le cas jusqu'à ce que la convocation à cette réunion par je ne sais qui, ne précipite la mesure. Attention, les dernières lettres d'Ummo, parfaitement falsifiées, viennent d'endroits éloignés. Je jure par tout ce que j'ai de plus sacré que ce n'était pas moi. Les miennes sont parfaitement identifiées. Je me souviens que les dernières  sont celles sur le pluricosmos, écrites juste avant ma thrombose. Et aussi toutes celles sur l'ingénierie et la technologie.

Vous comptez là une construction formidable digne d'être incluse dans une anthologie.

Veuillez faire connaître cette lettre à qui vous voulez. En attendant, recevez la démonstration de mon affection inoubliable. 

Remarques sur ces aveux de 1993


On comprendra tout de suite que JLJP se contredit continuellement.
Dans la lettre du 11, il s'accuse d'avoir monté seul l'affaire et explique que d'autres faussaires semblent avoir pris le relais. La convocation à la réunion correspond très certainement à la lettre dite "de Cuba", la D2583.

Petit problème, de mystérieux « ils » apparaissent dans la missive du 16...
JLJP n'agissait donc pas seul ?
S'agirait-il des ummites, des représentants d'une agence américaine (voir les aveux de novembre 2010) ou de la mystérieuse Institution X (voir les confessions de 2013) ?
On pourra aussi lire l'interview de 2005, référencée E41. Merci à Anonyme1 de m'avoir conseillé en commentaire d'ajouter ce document . Elle mériterait un billet à elle-seule.

Quant à la 3ème lettre, comment JLJP pouvait-il donc connaître l'identité ou tout du moins les motivations de ses copycats ?
Ils l'auraient averti ? "Attention, nous allons reprendre votre mensonge à notre compte..." Cela ne tient pas debout.

Je laisse mon lecteur se faire sa propre idée. Et n'oubliez pas de me signaler les contresens !

mercredi 12 juin 2019

Le coup de gomme de Jean-Pierre Petit

Je reviens aujourd’hui sur un détail qui me chiffonne beaucoup parce qu’il ne colle pas avec ma vision actuelle des développements du dossier UMMO.
Le diable est dans les détails, me rappelait-on dernièrement. C’est peut-être bien le cas ici.

lettre ummite JPP7 tronquée
Illustration réalisée à partir d'une photo de https://pixabay.com/fr/

Vous avez peut-être lu mon article sur les lettres « ummites » reçues par Jean-Pierre Petit.

Elles ont été vite fait bien fait remisées dans la catégorie FP (faux probables) d'Ummo-Sciences. Il faut dire que les lettres GR (qui, elles, ont été validées) ont clairement spécifié que JPP recevait des informations d’une autre source, entérinant en quelque sorte l’a priori négatif d’Ummo-Sciences au sujet des courriers du défenseur de la MHD.

Mes lecteurs savent déjà que de mon côté, je ne pense pas que les dernières communications (tweets, GR, NR) soient de la même source que les lettres D initiales. Mais bon, je continue d’explorer les différentes hypothèses car je ne crois pas en mes propres théories, je les remets toujours en doute, quitte à me faire écharper au passage.

Donc, pour en revenir aux lettres de Jean-Pierre Petit, la lettre référencée JPP7 présente une anomalie.
C’est une fin de phrase qui n’apparaissait pas dans la version initiale publiée par Petit dans ses ouvrages ni, a fortiori, dans la version mise en ligne à l’époque par Ummo-Sciences : la H26.
J’en veux pour preuve cet extrait de la H26 (que j’avais sauvegardée avant qu’elle ne disparaisse):

Dernièrement, Petit a dévoilé ses courriers et là, patatras ! La phrase concernant les mesures mises en place lors de la seconde phase de contact avec notre civilisation apparaît prolongée d’une extension pour le moins surprenante quand on suit le dossier, extension qui figure désormais dans la  FP06, venue remplacer la H26 :

« MAIS ÉGALEMENT PAR L'ACTION TÉLÉPATHIQUE COLLECTIVE OPÉRATIONNELLE DU RÉSEAU DES CONTACTÉS CHARGÉS D'AGIR DIRECTEMENT SUR L'ÂME COLLECTIVE DE LA TERRE. »

Cette fin de phrase impliquerait que les contactés (des ummites ou autres extraterrestres, le contexte ne permet pas de le préciser) devraient agir de manière opérationnelle télépathiquement par action sur la conscience collective. On n’est plus là dans un rôle passif. Et cela évoque donc furieusement la prière à 7 recommandée par les tweets « ummites » et les cohortes...

Très bien, sauf que Petit est supposé avoir reçu ce courrier en 1993, donc avant les tweets et avant les GR...

Pourquoi ce changement entre les deux publications ?

On peut imaginer plusieurs solutions :

- Hypothèse 1 : Petit n’aurait jamais reçu cette lettre et donc c’est un faussaire.

- Hypothèse 2 : Ce détail ne figurait pas dans la lettre reçue par Petit et donc c’est lui qui l’aurait ajouté dernièrement pour coller avec les développements sur Twitter. C’est, semble-t-il, l’idée de Ummo-Sciences sur la question, comme on peut le voir sur ce passage de la FP06:

- Hypothèse 3 : Petit aurait masqué sciemment cette fin de phrase dans les 1ères publications. Je n’ai pas l’impression (c’est juste ma conviction personnelle) que Petit ait l’esprit d’un faussaire. Donc je penche plutôt vers cette hypothèse.

Si on reste dans l’hypothèse 3, pourquoi ce passage, mis en ligne aujourd’hui, était-il absent des 1ères publications  ?

- parce que cela aurait choqué les convictions de Petit ? Peu probable, il est pour le moins ouvert sur l’ésotérisme. Aurait-il refusé de s’imaginer influençant notre BB ?

- parce que le texte faisait peu scientifique et risquait de rebuter son lectorat ? Le texte n’est parlant qu’à l’aune des tweets. À l’époque, cela n’avait pas de raison de marquer les esprits. Le lecteur rapide aurait compris qu’il s’agissait d’habituer notre conscience collective à l’idée du contact, sans percevoir l’insistance sur le rôle actif des contactés.

- parce que c’était une recommandation « ummite » qui figurait sur la lettre reçue mais qu’il n’aurait toujours pas publiée aujourd’hui ? Possible. Il y a par exemple un blanc entre la fin de la lettre et la signature. Mais, si une partie de la phrase devait être interdite de publication, n’était-il pas plus simple pour les « ummites » de l’isoler du reste du texte ?

- parce que c’était une recommandation de son éditeur ? Il aurait été bien tatillon, alors même qu’il aurait laissé passer d’autres récits bien plus fantastiques.

- parce que Jean-Pierre Petit a oublié de saisir la fin de la phrase dans son manuscrit ? ce serait bien léger de sa part.

Mais il reste une dernière hypothèse :

- Hypothèse 4 : La phrase a été prolongée à la demande des « ummites » par l’intermédiaire d’une prise de contact récente que Jean-Pierre Petit n’aurait pas évoquée. Ce contact pourrait alors avoir été initié par la source habituelle de JPP ou par des faussaires à l’origine des tweets. Je sais, je spécule…

Évidemment, l’anomalie que je citais, la contradiction, vient du fait que les auteurs des GR nient être la source des courriers de Petit qui évoque pourtant une même technique d’influence de la conscience collective. Alors ?

Petit aurait-il été contacté par Saliano et les tweets seraient-ils « ummites » ?

Ou au contraire est-ce Petit qui aurait été contacté par les « ummites » alors que les tweets seraient des faux, voire de la source Saliano ?

Les tweeteurs seraient-il de vrais ummites (qui auraient aussi contacté JPP) et de gros menteurs ? En ce cas, il est préférable de ne pas parier sur leur blondeur.

Petit aurait-il imprudemment communiqué ses courriers aux futurs auteurs terriens des tweets qui en auraient tiré profit en imaginant la prière à 7 ?

Cette concordance curieuse entre les tweets et la JPP7 est-elle seulement imputable au hasard ?


On le voit, impossible de progresser sans certaines précisions de Jean-Pierre, très occupé par son projet Janus. Lui seul peut expliquer pourquoi la 1ère publication était tronquée. On remarquera qu'il est bien silencieux concernant les GR et les tweets, lui si prolixe au sujet des lettres D... En l’état actuel des choses, on peut juste constater que quelque chose n’est pas net et donner libre cours à son imagination.
Le paquet de nouilles du dossier UMMO s’enorgueillit d’une nouille supplémentaire...

Billet suivant