Nouveau sur Futur en Folie De nouvelles lettres datées de 2011: les GR.  
Derniers commentaires accessibles à partir de la colonne de droite du blog ou par le flux de commentaires.
Pour visualiser plus de 200 commentaires, n'oubliez pas de cliquer sur "Charger la suite". C'est tout en bas.
ATTENTION : Si vous commentez en anonyme, précisez au début du commentaire votre pseudo !

Qui sont les tweeteurs Ummites ?

vendredi 30 décembre 2016

Alice au pays des jeux drôles - Conte de Noël.

En cette belle soirée du 27 décembre, Alice, devant la cheminée, s’amusait avec ses nouveaux jouets quand soudain, par la fenêtre, elle aperçut deux énormes yeux bleus qui la guettaient derrière une touffe de poils blancs...

Illustration réalisée à partir de clip-arts du site https://openclipart.org
 
S’approchant, elle crut bien discerner un lapin, mais pas n’importe quel lapin. Un lapin à taille humaine tenant sous sa patte gauche un ouvrage épais d’un certain Yves Frecel et accrochée à sa patte droite une énorme montre à gousset.
«  22h57 ! Je suis en retard ! Horriblement en retard. Je vais louper le prochain tweet », dit le lapin.
Et celui-ci de partir ventre à terre dans la nuit noire. Intriguée, Alice attrapa sa doudoune et s’élança à la poursuite de l’étrange animal.
Par chance, il avait neigé et elle discerna facilement ses traces dans le manteau immaculé et poudreux qui tapissait le sol.

La petite fille parvint ainsi devant l’entrée d’un énorme terrier. Elle hésita un moment avant de passer de la lumière blafarde de la Lune à l’obscurité. Trébuchant dans l’humidité, elle emprunta un long couloir tortueux qui s’enfonçait au cœur du mystère.

C’est alors que, débouchant soudain dans une gigantesque salle souterraine éclairée de flambeaux, elle l’aperçut. Le lapin la narguait, debout, devant une rangée interminable de portes de toutes les tailles et de toutes les couleurs. L’animal regarda sa montre « Argh ! 22h58. Je suis en retard ! » et franchit d’un bond la porte qui lui faisait face sans l’ouvrir.  Alice voulut le suivre. Elle ouvrit la porte en se hissant sur ses pointes de pieds…

CLIC

« Tiens ! Une terrienne. Que fait-elle ici ? » La créature qui venait de s’exprimer était une sorte de poulpe humanoïde visqueux attablé devant un bar dans une salle à l’atmosphère enfumée. Il n’était pas le seul être surprenant de cet endroit qui grouillait de pattes, crêtes, becs, poils en tous genres.
« C’est dangereux ici, voyons… Vous n’êtes plus protégée !
- Tu sais bien que les Terriens sont stupides.
- Ouais ! Il paraît même qu’ils signent n’importe quoi...
- Vous prendrez bien un bol de soupe au chou ?, s’enquit, grattant son capuchon vert à oreillettes écarlates, un petit bonhomme grisâtre aux gigantesques yeux bleus, affublé d’une combinaison moulante jaune à épaulettes et slip rouges.
- Euh, juste pour goûter alors, répondit Alice, trempant ses lèvres précautionneusement dans le liquide verdâtre. »
Sa vue alors se brouilla.

CLIC

« Le lapin blanc ! Il fuit dans un tunnel. Je vais le perdre. »

CLIC

« Asseyez-vous, Alice. » Celui qui s’adressait à elle était un homme imposant caché derrière une paire de lunettes miroitantes.
« Il est temps de choisir. Voulez-vous savoir ce qu’est la matrice ?
- La matrice ? Je hais les maths, protesta Alice. Vous m’embrouillez là. Je suis où d’abord ?
- Vous êtes dans un univers perdu parmi 10^495 autres. Le champ des possibles…
- N’importe quoi. C’est bon vos histoires. Je veux rentrer chez moi.
- Choisissez : pilule verte ou pilule rouge ?
- Euh, la rouge, hésita la jeune fille.
- Mauvais choix, conclut laconiquement l’imposant personnage, qui ôtant ses lunettes, révéla ses iris bleus. »

CLIC

« Le lapin blanc, il saute dans un autre terrier ! »

CLIC

« Vous souhaitez avoir des réponses Alice ? Il existe un livre qui contient les secrets que vous recherchez. Vous saurez tout sur les secrets des élites. Les deux factions qui souhaitent déclencher une guerre civile mondialisée, les traités signés avec ceux venus d’ailleurs... »
L’homme qui s’adressait à elle jeta un œil gris bleuté sur la façade de la Maison Blanche qui leur faisait face.
« Foutaises !, s’indigna Alice. Même si vous aviez raison, cela n’aurait aucun sens de me le dire à moi...
- Mais si, priez pendant 7 jours à 7 pendant 3 fois 7 minutes. La solution est écrite là. »
L’homme sortit son smartphone, le tourna vers elle :«  Je vais vous montrer une page de cet ouvrage du maître, Robert… Robert Linjau »
Le soleil le fit miroiter. Alice, éblouie, se sentit vaciller.

CLIC

Le lapin blanc s’élança dans un tunnel couvert d’un carrelage en damier noir et blanc, Alice sur ses pas.

CLIC

Alice se retrouva assise sur un champignon. Devant elle, confortablement installée sur une feuille, se prélassait une énorme chenille bleue de l’extrémité de la queue jusqu’au fond des yeux.
L’insecte chantonnait en remuant ses multiples pattes en cadence et en secouant un encensoir dont la fumée lourde s’étalait en volutes sirupeuses  :
« Mains, mains, c’est la danse des mains,
Main qui cajole, main qui console,
Main qui punit, main qui sévit.
Mains, mains, c’est la danse des mains,
Multiples mains pour un seul roi nain.
- Elle est idiote votre chanson. Vous êtes qui ? Je suis où ? Vous m’embrouillez…
- Pauvre enfant. Vous ne comprenez rien à rien…
- Y a-t-il seulement quelque chose à comprendre ?
- Un petit coup de main ?, se moqua la chenille, lançant l’encensoir à la tête d’Alice qui s’évanouit.»

CLIC

Le lapin se précipita dans un terrier, montre en premier, dans les couloirs du temps.

CLIC


« La parole est à la défense !, vitupéra la Reine installée au centre du tribunal.
- Mon client n’avait pour objectif que d’armer intellectuellement votre Altesse afin qu’elle puisse orienter sa pensée et reconstruire du sens autour des créations débridées, des mensonges calculés et des farces pitoyables qui ont été soumis à son illustrissime discernement cognitif.
- Votre client n’est qu’un pleutre qui se terre dans son terrier, n’osant se frotter à la justice royale. Le procureur leva un doigt accusateur vers le bateleur aux innocents yeux bleus, collé sur sa carte comme un papillon englué sur du papier tue-mouche.
- Il brouille nos cartes. C’est intolérable. Qu’on lui coupe la tête !, trancha la reine. »
Alice assise sur les bancs du public se boucha les oreilles et ferma les yeux. Elle allait se réveiller...

CLIC

« Il est là ce fichu lapin… Je le vois »

CLIC

« Ah non, cela suffit. Vous êtes qui, vous encore ?. »
Alice fixait une paire de prunelles bleues appartenant à un illustre inconnu qui se dressait face à elle devant un bureau couverts d’énormes grimoires poussiéreux.
« Je suis le bibliothécaire, voyons. Le gardien des secrets. Je vous protège des forces magiques qui se terrent en ce monde.
- Épargnez-moi vos salades, s’il vous plaît… Vous n’êtes qu’un pauvre intello qui s’échappe de sa misère sociale en s’inventant des histoires.
- Comment, jeune fille, pouvez-vous être aussi affirmative et négative ? Ah ah… Tétravalent, n’est-il pas ? Vous n’avez pas les clefs. Moi, je les ai. »
L’inconnu secouait un trousseau chargé de lourdes clefs ouvragées devant le nez d’Alice.
«  Et pourquoi ces 3 clefs sont-elles plus brillantes que les autres ?
- Parce que ce sont les clefs M, X et H. Je les astique soigneusement tous les jours. Mes bébés…, gémit le bibliothécaire en les embrassant.
- Vous m’excuserez, mais vos clefs n’ouvrent aucune porte je parie.
- Vous voulez rire ? »
L’homme aux yeux bleus tourna une clef dans une serrure virtuelle juste devant lui et un gouffre aspira Alice.

CLIC

« Si je l’attrape ce lapin, on a du civet demain au déjeuner. »

CLIC

Alice, les poings sur les hanches, observait ce nouveau personnage qui lui faisait face, ses froids yeux bleus dardés sur elle. Il agita les mains. De petits êtres gris inquiétants vinrent les entourer.
«  Je suis l’Inceptor, celui qui modifie votre carte du monde. Celui qui bouscule les murs de vos certitudes.
- Comment voulez-vous modifier ce que vous ne connaissez pas ? Vous pensez maîtriser ? Orgueil !
Ma carte du monde n’est pas mon monde. De mon monde vous ne voyez que le reflet. »
Alice se retourna, boudeuse et ferma les yeux fermement pour chasser l’intrus.

CLIC

Alice se retrouva dans la grande salle du terrier du lapin blanc. Il avait disparu. Il ne restait qu’une porte. Une porte solide, à sa taille, marquée d’un grand D et d’un signe bizarre qui ressemblait à du cyrillique )+(.

Allez-vous entrer avec elle ? Et le lapin blanc, va-t-il oser montrer le bout de son museau, affronter la réalité et les autres ou préférera-t-il se terrer bien à l’abri, observant sans jamais prendre part, se croyant plus malin, au-dessus du lot et s’émouvant seul de sa propre prose ?

Billet suivant

samedi 17 décembre 2016

De nouvelles lettres ummites : les GR. Chronologie de leur apparition.

À l’heure où un nouveau jeu de 11 lettres (référencées GR sur le site Ummo-Sciences)  revendiquant une origine extraterrestre ummite est mis à jour, il devient nécessaire de faire un point sur la chronologie de la parution des documents en rapport avec l’affaire UMMO.

Voici tout d’abord un résumé en image de l’échelonnement dans le temps des différentes séries d’envoi de documents :


Il convient de bien différencier :
- les lettres D, les plus anciennes, porteuses d’un « sceau », c’est à dire d’un moyen d’authentification du corpus, adressées à un 1er groupe de destinataires.
- les documents NR, documents disparates sans sceau de validation, qui ne sont probablement pas tous issus de la même source et qu’il est imprudent d’attribuer aux auteurs des lettres D.
- les documents GR émis à partir de 2011, porteurs du second « sceau », adressés à un nouveau groupe, réduit, de contactés espagnols.

Or la lettre D4147 du 26/08/1996, adressée à Rafael Farriols, porteuse du 1er sceau, introduit un 2nd sceau, celui qui sera apposé sur les lettres GR en ces termes :
« Monsieur Farriols: vous avez reçu un sceau comme celui-ci sur l'écrit précédent : IL EST TRÈS IMPORTANT que vous sélectionniez soigneusement ceux de vos frères sur la loyauté desquels vous n'avez AUCUN DOUTE pour leur montrer cette nouvelle preuve d'identité que connaissent seulement 8 OEEMMII répartis entre les pays FRANCE, CUBA et ANGLETERRE. A partir de la présente lettre notre symbole d'identité sera le sceau mentionné. Méfiez-vous de toute missive qui ne le comporte pas. »
On a une confirmation dans la 1ère lettre GR, référencée GR1-1 :
« Cette lettre sera pour la première fois en de nombreuses années avalisée par le symbole UNIQUE de validation que nous avons fait tenir en son temps à votre frère Rafael Farriols Calvo, qui a laissé cette forme physique depuis déjà quelque temps et qui maintenant, selon ce que nous croyons avec un haut niveau de probabilité, observe placidement notre WAAM dans le BUAAWEE BIAEII. »

À ce stade, on peut se dire que les lettres GR sont de la même source que les lettres D puisque porteuses du 2nd sceau mentionné dans la D4147. Mais il est nécessaire de prendre en compte le fait que 15 années séparent la D4147 de la GR1-1. Et il peut s’en passer des choses en 15 ans.
Notamment le décès de Farriols le 27 décembre 2006. 
Le 2nd sceau a pu fuiter... La D4147 mentionne 8 personnes au courant. Les gens parlent parfois à leurs proches. Les ordinateurs se piratent.
Pourquoi est-ce que j’émets déjà des doutes sur les lettres GR ? Parce que leur contenu élève la suspicion, on le verra dans de prochains billets.

Tout cela est très bien, mais il faut aussi évoquer les tweets ummites (voir dans la section Bibliographie, les liens vers le contenu de ces tweets si vous ne les connaissez pas).

On voit apparaître des liens entre ces tweets et les lettres GR au niveau des thèmes abordés :
- la fascination pour le chiffre 7 évoquée dans un de mes billets réapparaît dès la GR1-1 :
« Si vous acceptez de recevoir notre lettre, écrivez simplement un courrier électronique à vos frères intéressés à l’étude de notre civilisation (en nombre non inférieur à 7 -ni supérieur à 15-) »
- même remarque pour la réincarnation (pourtant absente des lettres D) :
 « nous vous dirons notre conception sur cette situation si chère à votre BUAWUAA de ce que vous appelez la réincarnation. »

Liens entre les tweets et les lettres NR :
De même, les tweeteurs OAY et OT ont été capables de citer un mot habilement modifié à des fins de vérification ultérieure par le destinataire de la lettre NR20 avant sa parution sur le site d’Ummo-Sciences.
Et par deux fois, les tweets ont mentionné un jeune allemand, également cité dans la NR21.
TW_OT83 (2016): "Cadeau d'un jeune frère à vous de Bremen (16/7/2003). Dessin censé nous représenter. Archétype fort ancré dans votre inconscient collectif."
NR21 (2009) : "Nous joignons à cette lettre la traduction française de la réponse que nous avons donnée récemment à l'un de vos jeunes frères de Freie Hansestadt Bremen qui s'interrogeait sur l'existence d'années bissextiles sur OUMMO."

On notera aussi en lisant la GR1-1 que l’auteur de cette missive semble bien capable d’avoir accès d’une manière ou d’une autre à la messagerie du destinataire (pseudo : Xaps).

Tout ces éléments ont amené certains destinataires de lettres ummites à penser  que la source des lettres D, des lettres GR et des tweets était unique.
Et c’est ainsi qu’on a appris l’existence des lettres GR…

Car, OAY dans un tweet du 15/10/16 avait demandé aux destinataires de documents UMMO de les dévoiler :
« The original networks, held in semi lethargy since the epistolary time, will not be reactivated. Their members are free to go on acting independently, or to share their experience with others. We raise all restrictions affecting them, with the exception of disseminating the private recognition codes established with each of them. We may exceptionally need to reuse them to validate the origin of some future critical messages. »
Donc, les destinataires des GR, convaincus de l’authenticité des tweets, ont révélé leurs lettres.
Et OAY et OT n’ont même pas eu à donner le 2nd sceau d’authentification…

Résumons-nous. Les tweeteurs :
- semblent avoir accès aux échanges par messagerie électronique du micro-groupe destinataire des nouvelles lettres
- ont eu connaissance de l’existence des lettres GR et probablement du contenu de la GR1-1 (au moins). Ils en sont peut-être même bien les auteurs si on se fie à l'esprit des GR éditées à ce jour.
- connaissaient le mot modifié sur la NR20
- incitent les destinataires des lettres à les diffuser
- n’ont pas, à ma connaissance, livré de sceaux d’authentification ce qui devrait inciter les destinataires et les suiveurs à la plus grande méfiance.

Alors :
- ou les tweeteurs sont effectivement ummites (j'avoue avoir d'énormes doutes sur cette hypothèse)
- ou ils sont très proches des 2 groupes des destinataires (voire en font partie)
- ou ils ont des moyens d’accéder aux ordinateurs des personnes concernées...

Billet suivant