lundi 13 juillet 2020

Conscience des formes vue par les ummites

Si vous me lisez, vous reconnaissez sans peine les lettres qui apparaissent sur votre écran.
Imaginez que vous deveniez incapable d'identifier certaines d'entre elles...

Identification d'une fleur dans notre conscience
Illustration réalisée à partir de photos de https://pixabay.com

C'est ce qui est arrivé à un ingénieur d'une soixantaine d'années atteint d'une atrophie des ganglions de la base.
Je vous conseille de lire cet article de Futura Santé qui est consacré à ce cas ayant fait l'objet d'une publication dans la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of The United States of America) le 7 juillet 2020.
Il ne peut plus identifier les chiffres de 2 à 9. Il les voit comme des gribouillages.
Pire, si on dessine un gros chiffre sur un objet, sa "vue" qui pourtant fonctionne parfaitement, est tellement brouillée que l'objet lui-même n'est plus perçu en tant que tel.
Lorsqu'il doit recopier un chiffre, il ne dessine que des spaghettis informes. Pourtant, son EEG n'indique aucune anomalie...

Je cite la conclusion de Teresa M. Schubert : "Il y a au moins deux étapes qui doivent se produire pour que nous ayons conscience de voir quelque chose : le cerveau doit le détecter puis faire un traitement supplémentaire pour que la chose détectée arrive jusqu'à la conscience. Pour RFS, la seconde étape ne fonctionne pas quand il y a un chiffre."

Quel est le rapport avec les ummites ?

Eh bien, cet article a été signalé par un des suiveurs qui a certainement immédiatement fait le lien  avec une lettre ummite décrivant de façon détaillée le processus de reconnaissance visuelle d'une forme.
C'est la lettre D41-15 où les ummites (qui qu'ils soient...) prennent l'exemple de l'identification d'un triangle. Ce courrier date de 1966, rappelons-le.

Or le processus décrit par les ummites fait intervenir le corps (l'OEMII), l'âme (BUUAWA) et un réseau d'atomes permettant d'établir la communication entre les deux (l'OEMBUUAM), car ces 3 éléments sont indissociables pour eux et leur réalité dûment établie.

Je conseille à mes lecteurs néophytes de lire ce billet résumant la métaphysique ummite.
Mais, cela ne remplacera nullement la lecture du corpus et notamment de la D41-15...

Les ummites distinguent donc 2 niveaux de conscience : le premier au niveau du corps (notée consciencia en espagnol) et le second au niveau supérieur de l'âme (noté conciencia en espagnol).
Précision importante : en espagnol "conciencia" caractérise la capacité de différencier le bien et le mal, alors que "consciencia" correspond à la conscience réflexive (merci Manuel pour cette information). 

Je vais résumer ici ce qu'explique la D41-15, mais je le répète, je conseille fortement à mon lecteur de se pencher sérieusement sur le texte originel.

Lorsqu'on regarde une forme, telle qu'un triangle, les impressions lumineuses transitent via le nerf optique, puis le corps genouillé latéral du Thalamus, avant d'arriver au cortex occipital. Là, le signal va être dédoublé pour être acheminé par deux voies différentes :
- la première, passant par l'OEMBUUAM, transmet les signaux lumineux bruts en les codant de manière binaire.
- la seconde fait transiter l'information par un circuit mémoriel composé d'une chaîne de polypeptides qui emmagasine toutes nos images visuelles. Le signal qui en sort correspond au concept de triangle tel qu'il a fini par se forger dans notre mémoire.

Les signaux issus des deux voies sont alors comparés au sein de la consciencia (conscience du corps) et la figure observée est alors reconnue comme un triangle.

Or, ce qui est amusant, c'est que dans la D41-15, les ummites ajoutent : "C'est dans ce champ de la CONSCIENCE (consciencia) que les deux images se comparent et identifient le triangle en tant que tel. Si cette dernière connexion avec la mémoire échouait, nous n'aurions qu'une seule image : celle issue de l’œil mais elle nous semblerait étrange comme si nous ne l'avions jamais vue. Nous appelons cette anomalie en psychopathologie YAEYUEYEDOO (amnésie de fixation)."

Il semblerait bien que l'ingénieur objet de l'étude précédemment citée ait un problème justement au niveau de cette seconde voie, mémorielle. Souffrirait-il d'une forme de YAEYUEYEDOO ?
Difficile à dire car les anomalies pouvant atteindre notre cerveau sont nombreuses, mais nous voici aujourd'hui encore avec un questionnement scientifique faisant écho à des écrits de plus de 50 ans... 

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'électroencéphalographie confirme que les zones correspondant à la reconnaissance des stimuli sont bien activées. Peut-on en conclure que ceux-ci sont effectivement reconnus ?

      Je ne saurais vous dire si "YAEYUEYEDOO" peut recouvrir des amnésies sélectives. Le document ummite n'est guère précis à ce niveau.
      Je ne pense pas que le cas décrit ici corresponde à une rupture totale de la connexion à "BIEYAEYUEO DOO". Je verrais plutôt une altération localisée de cette mémoire (où est-elle située exactement ?) ou du lien via les fameux atomes assurant la communication avec l'"OEMBUUAW", mécanisme qui reste bien mystérieux à mes yeux.

      Un japonais aurait reçu des documents plus précis. Existe-t-il, cet heureux destinataire ? Ces documents émergeront-ils un jour ?

      Supprimer



N'hésitez pas à poser vos questions ou à donner votre avis !

Les commentaires sont modérés et ne sont donc pas publiés de suite. Enregistrez-vous sous Google ou Blogger avant de commenter !
En cas de soucis...