samedi 15 août 2009

Ep12 Une future cargaison bien fragile

Lark fulminait encore lorsque nous entrâmes dans le repère du Giga-Milliardaire.

Celui-ci nous attendait, confortablement installé dans un fauteuil ressemblant à une énorme éponge vert pomme. Chacun de ses mouvements générait un léger bruit de succion particulièrement irritant.

Il buvait une boisson probablement très alcoolisée ou très chaude, vues les précautions qu’il prenait en la sirotant :
« Je suis enchanté de vous recevoir Melle Zowak et M. Dorado. Vous vous demandez très certainement pourquoi je vous ai fait venir…»
Il se pencha vers nous, l’œil inquisiteur.

« J’imagine que vous allez nous en informer très rapidement, répondis-je tandis que Lark serrait les dents.
- Voyez-vous, j’aime travailler avec des gens compétents et en qui j’ai entière confiance.
- Tellement confiance que vous les faites désarmer par votre robot de pacotille !, rugit Lark en s’approchant dangereusement de Gordo.
- Voyons, calmez-vous, M.Dorado… C’est une simple mesure de sécurité, la routine quoi… Je ne vais pas reprogrammer mes robots pour chaque nouveau visiteur.
- Bon, venez-en au fait, les interrompis-je, agacée.
- Eh bien, voilà, j’ai besoin d’une professionnelle de la faune exotique, des zarbis, et de quelqu’un ayant déjà prouvé ses capacités dans… euh…l’import-export…, Gordo affichait un drôle de sourire.
- Pour ?, m’enquis-je.
- Pour transporter une cargaison d’œufs d’une espèce très rare, très peu connue, certainement même pas référencée dans vos bases de zarbis, de la planète Xanton, codée XT869, jusqu’à notre bonne vieille Terre. Il va sans dire que vous seriez extrêmement bien rémunérés.


- Est-ce que j’ai une tête à transporter des œufs !, gronda Lark avec un geste nerveux de la main.
- Je ne sais pas, mais une tête à être intéressé par 200 000 unités en M.I., c’est très probable. Je sais que vous avez de petits soucis financiers en ce moment, pour n’évoquer que ces derniers. Réfléchissez, cette mission vous permettrait de vous éloigner quelque temps…
- Vous savez quoi…, vos œufs, vous irez vous les faire cuire, je ne suis à la botte de personne !
- Très bien, repris-je dans la foulée, en ce cas, si je suis seule à me porter volontaire, j’imagine que j’ai le droit à une prime doublée ? »
Gordo me regarda intensément.


<---PREC                                                                 SUIV--->


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire



N'hésitez pas à poser vos questions ou à donner votre avis !

Les commentaires sont modérés et ne sont donc pas publiés de suite. LES LECTEURS ANONYMES DOIVENT OBLIGATOIREMENT INDIQUER LEUR PSEUDO.
En cas de soucis...