dimanche 8 décembre 2019

Des ummites bien différents des grands nordiques - L’enquête de Benitez

Suite au peu d’intérêt apparent (il a tout de même reçu plusieurs centaines de visites) suscité par mon billet récréatif sur le processus de salianisation (j’ai tendance à penser que le déni du lien Saliano-Ummo et le « Do not mix » du tweeteur OAY n’y sont pas étrangers), j’enfonce le clou.

Les ummites, grey aliens en visite sur Terre.
Illustration réalisée à partir d'images de https://pixabay.com avec Gimp, PovRay, G'Mic

Je conseille à tous mes lecteurs de lire attentivement ces quelques pages du site de Juan Jose Lopez Benitez, auteur espagnol qui s’est intéressé à l’ufologie en général et à l’affaire UMMO en particulier: https://www.planetabenitez.com/prensa/ummo01.htm

La traduction de l’espagnol vers le français laisse à désirer, mais les francophones parviendront tout de même à comprendre le récit de son enquête. Car Benitez s'est sérieusement penché sur le dossier UMMO. Il a interrogé à plusieurs reprises José Luis Jordán Peña pour en conclure qu’il mentait, mais il a aussi mené l’enquête autour des cas d’atterrissages cités dans la lettre ummite D60:

« Nous calculons que la descente des vaisseaux provenant de notre UMMO se réalisera (en tenant compte de la marge d'erreur prévisible) entre 21 heures 28 minutes T.G.M. le 30 mai 1967 et 23 heures 6 minutes T.G.M. le 3 juin 1967 (Version de Villagrasa et Garrido : 21 h 28 m le 30 mai et 23 h 5 m le 3 juin). »

« BOLIVIE ZONE DE ORURO. La descente aura lieu en un point situé dans l’aire circulaire qui a comme centre la ville de ORURO, son rayon sera de quelque 208 kilomètres avec une marge d’erreur dans cette dernière mesure de moins de quatre kilomètres.

ESPAGNE ZONE DE MADRID La descente est prévue au sein d’une aire circulaire qui a pour centre les coordonnées suivantes :
Longitude : 3° 45' 20,6" W
Latitude : 40° 28' 2,2" N
(Version de Garrido : Longitude : 3° 46' 20,6" W, le "6" est un 5 complété à la main)
Et un rayon de 46 kilomètres avec une marge d’erreur de 1,6 km.

BRÉSIL ZONE DE RIO GRANDE DO SUL, aux alentours de Santo Angelo. La marge d’erreur trop élevée nous interdit une plus grande précision. »

Non seulement Benitez a retrouvé des témoins espagnols (rappelons que les observations de San Jose de Valderas et de Santa Monica eurent lieu le 1er juin 1967) mais, près de 30 ans plus tard, il s’est déplacé en Bolivie et au Brésil pour vérifier les allégations ummites…

Et il a retrouvé des témoins :

En Bolivie, en 1996, Benitez est allé interroger le directeur en chef d’un journal d’Oruro : Enrique Miralles.
Miralles avait répondu en 67 à un courrier de Villagrasa lui demandant si des observations d’OVNI avaient eu lieu dans la région en mentionnant une histoire vraiment fantastique. Mais leurs échanges par courriers n’avaient pas abouti car Miralles n’avait pas donné suite. Benitez a donc rouvert le dossier.
Il s’est avéré qu’un atterrissage avait bien eu lieu quelques jours avant un vol de dynamite, fin mai ou début juin 1967 (donc à la date indiquée dans la lettre D60). Des hommes assez petits, disposant de chaises volantes, avaient mutilé un troupeau entier de moutons et blessé une bergère.
Benitez va rencontrer miraculeusement plusieurs personnes impliquées et remonter jusqu’à la fameuse bergère inconnue qui lui donnera un récit plus détaillé. Elle restera malheureusement évasive sur la date.

Au Brésil, un avocat dont la famille, parmi une cinquantaine d’autres témoins, a vu un objet en forme de deux assiettes accolées le 25 juin 1954 sur Curitiba en train de survoler un magasin de poudre, avec un H sur sa face inférieure.
« En el cielo vieron algo raro. Era un objeto grande, silencioso y desconocido. Presentaba una forma muy extraña: eran como dos platos soperos unidos por los filos exteriores. Desprendía una gran luminosidad que cambiaba del naranja al rojo… […] En la región inferior se veía algo parecido a un «emblema». Una especie de enorme «H»... »
Le père a ensuite été visité dans sa chambre, en 1969 ou en 1970, par un être aux cheveux jaunes qui lui a fait des révélations mystérieuses. Il a pleuré mais ne les a jamais précisées.
On notera toutefois que ces deux événements n’ont pas eu lieu en 1967 ni dans le Rio Grande do Sul. Une demi-douzaine d’observations d’OVNI avaient été signalées vers cette date et dans cette région mais dans aucune d’entre elles on ne pouvait trouver de ressemblance avec une nef d’UMMO.

Bien entendu, Benitez a également retrouvé des témoins du survol de San José de Valderas (Madrid), le 2 juin 1967. Je vous laisse découvrir leurs récits.
Vous trouverez aussi sur cette même page d’autres cas dans divers endroits du monde, que l’on peut relier à l’affaire UMMO à cause de la présence du sigle en forme de H sur l’engin ou le costume des humanoïdes.

Je vous invite aussi à consulter l’histoire racontée par un ami anglais de Benitez, Harry Mallard, ingénieur de son état qui avait eu l’occasion de visiter en juillet 1952 l’intérieur d’une soucoupe dont le ventre était souligné d’un H. Cela se passait en Afrique du Sud pas très loin du Cap. On retrouve dans son récit le côté typiquement absurde des rencontres rapprochées des années 50 : la soucoupe, quasiment vide, se conduit à vue avec 8 leviers…

Une enquête téléguidée :

La première chose que je me permets de souligner est que J. J.Benitez confie tout au long de ses pages qu’il a mystérieusement été aidé par des coups de pouce du destin, des coïncidences ou des synchronicités incroyables qui lui ont permis, et ce n’est qu’un exemple de retrouver une bergère parfaitement inconnue au fin fond des hauts plateaux boliviens en moins de 7 heures. Il insiste à plusieurs reprises sur cet aspect qui, visiblement, l’a énormément interloqué.

Je cite quelques-unes de ses remarques :
« Es curioso. Fue a raíz de la muerte de mi amigo Harry Mallard cuando empezaron a suceder hechos muy poco comunes y directamente relacionados con el fenómeno «Ummo» »
« Como ya cité, Harry, el ingeniero, murió el 27 de octubre de 1996. Pues bien, a partir de ese día, «algo» desconocido (?) me puso en marcha y en una muy concreta dirección. »
« Esa misma tarde del sábado, mientras firmaba ejemplares de mis libros en el stand del Grupo Planeta, se produjo otra increíble «casualidad». ¿Casualidad? »
« Era inútil racionalizar aquel encuentro. La Paz tenía algo más de un millón de habitantes, y yo, justamente en esos momentos, cuando me creía perdido, cuando la investigación acababa de entrar en un aparente punto muerto, había ido a «tropezar» (?) con un hombre que sabía del suceso y que, además, era pariente del coronel que había puesto en marcha la investigación oficial. ¿Casualidad?»
« Carmen, sabedora de la historia de «Ummo», quedó desconcertada. ¿Cómo era posible que yo le hubiera contado el asunto de los «ummitas» y, al poco, se sentara a su lado una persona cuya familia había visto algo similar? ¿Otra casualidad? Brasil tiene algo más de ocho millones y medio de kilómetros cuadrados y casi ciento cuarenta millones de habitantes... »

Mes abonnés savent qu’il n’est pas le seul lecteur des lettres touché par ce phénomène étrange .

Des humanoïdes qui jouent du scalpel :

J’ai déjà expliqué sur ce blog que les ummites semblaient bien avoir un lien avec les mutilations animales. Ce phénomène a commencé à devenir tristement célèbre aux Etats-Unis dans les années 70.

Le cas bolivien précédemment cité (1967) est donc précurseur. On y retrouve la précision chirurgicale des incisions, l’intérêt pour les yeux et les viscères, la rapidité des « opérations » (moins de 1 heure et demie pour 63 moutons).
S’il s’avérait ummite, comme la date et le lieu semblent l’indiquer, il jetterait un autre éclairage sur la gentillesse apparente des auteurs des lettres.
Notons aussi que l’un des humanoïdes n’a pas hésité à se rebeller quand les bergers indiens sont venus leur lancer des pierres, en agressant la bergère avec son instrument chirurgical.

Des grands blonds ? Vraiment ?

Bon. Et de quoi ont-ils l’air tous ces E.T. plus ou moins en rapport avec UMMO ?

1952, Afrique du Sud : Hommes d’apparence normale, mais petits (1m50 à 1m60) et aux cheveux couleur « souris », parlant un anglais parfait. Ils portaient une sorte de blouse, de tunique.

1969 ou 1970, Brésil : Un homme grand, aux cheveux jaunes, portant une sorte de tenue de plongée, apparu sous la forme d’une lumière qui a grandi dans la chambre du témoin.

1967, Bolivie : Humanoïde de la taille d’un enfant (1m10 à 1m30), blond, jeune et joufflu, à la peau très blanche, aux yeux bleus et avec une abondante moustache rouge (sic). Il portait une sorte de costume de plongée, des bottes et un casque avec une hélice sur la tête mais qui laissait le visage découvert. Un échantillon de sang rouge, récupéré par l’armée, se serait perdu dans les limbes des tiroirs ufologiques.

1960, Danemark : 4 êtres de moins de 1 m vêtus d’une sorte de tenue de plongée d’un vert vif avec sur la poitrine 3 bandes sombres verticales, celle du centre étant plus longue que les deux autres.
On est là tout de même assez loin du sigle UMMO.

1967, Australie : 2 humains de 1m50 à 1m60 en costume argenté serré, avec un bocal d’aquarium sur la tête.

Espagne, Algeciras : Un petit homme portant un uniforme vert ceinturé avec un H sur la poitrine, de hautes bottes blanches et une sorte d’aquarium sur la tête. Ses yeux étaient grands, allongés et noirs…

1989, Voronej (Russie) : créature immense (3m) en costume argenté avec une tête quasiment inexistante posée directement sur les épaules, 3 yeux lumineux, dont un au centre qui bougeait, et un trou à la place du nez.

Des ummites qui semblent influencer le mental des témoins :

Les témoins de Valderas, à Madrid, décrivent la sensation bizarre d’être observé :

Manuel Rubio : «Si te digo la verdad, tuve una extraña sensación. Mientras contemplaba el objeto me sentí observado...»

Emilia García Carrasco : «¿Cómo podría explicarle? Yo caminaba decidida hacia mi casa cuando, de pronto, sentí algo raro. Era como si alguien me estuviera observando.»

Ce témoin a oublié momentanément l’incident :
Paquita Jiménez : « No sentí miedo, aunque hubo un momento en el que noté que estaba siendo observada. Recuerdo que hice un gesto instintivo, echándome un poco hacia atrás. Después me acosté y ya no recordé nada de lo ocurrido No consigo saber qué sucedió. ¿Por qué se me borró de la mente? Fue días más tarde cuando, súbitamente, me vino a la memoria y se lo conté a mi marido.»

Un certain FC (Séville, 1978) aurait vu une nef avec le célèbre H sortir de l’eau et aurait ensuite en rêve mentionné le nom d’UMMO.

De même, en 1989, un témoin en Colombie se serait mis à voir le sigle UMMO dans ses songes et pendant ses séances de méditation après l’avoir vu sur un vaisseau.

Un certain Enrique Muro à Madrid en 1994, aurait ouvert la fenêtre sur une impulsion, en plein hiver et en pleine nuit, pour voir une nef. 

Des extraterrestres appelés grâce à un ouija :

Benitez a également retrouvé un cas où des jeunes, à Séville en 1977, lors d’une séance de ouija ont vu apparaître une nef portant une sorte de X sur sa face inférieure. Demandant par ouija l’identité des êtres, ils auraient reçu la réponse suivante (un grand classique de l’ufologie) : « N'ayez pas peur... Nous ne vous ferons pas de mal... »

Des extraterrestres qui lisent les pensées :

Une certaine María Antonia Segura aurait demandé mentalement, fin 1979 ou début 1980, à être contactée par les ummites dans l’intimité de sa chambre. Ils devaient de plus spécifier les initiales MAS de son nom. Et le 26 avril 1980, Luis Jiménez Marhuenda a reçu une lettre ummite (la D119) où dans les salutations, on trouvait mentionnée une certaine María Antonia Más inconnue de tous.

Des aliens façon MIB qui prédisent l’avenir ?

Benitez a installé dans son salon une réplique du signe )+(. Est-il salianisé ? Cela se pourrait bien…

Toujours est-il qu’un jour il a reçu une chanteuse chez lui qui lui a raconté une bien étrange histoire. Un barbu vêtu de noir se serait un jour, en 1986, installé à sa table sans qu’elle l’y invite et lui aurait dessiné le fameux symbole qu’il aurait associé au mot UMMO. Il aurait ensuite ajouté des lettres ressemblant à du grec tout en parlant bizarrement. Il lui aurait dit qu’un jour elle se souviendrait de lui. Et là, lors de la visite chez Benitez, la dame se serait remémoré l’incident...

Vous me rétorquerez, avec raison, que ce monsieur bien mal élevé n'a pas pris grand risque en prédisant que tôt ou tard cette dame entendrait parler de UMMO, mais son attitude est tout de même bien singulière.

Conclusion :

Les adorateurs de UMMO pourront toujours dire que tous ces cas ne sont pas du tout des cas ummites. Une date et un lieu qui coïncident avec la lettre D60 ou un simple H sur un uniforme ou une soucoupe ne sont pas suffisants pour être certain de l’origine de ces touristes en vadrouille sur Terre. Et ils ont raison. On ne peut rien conclure.

Certains des cas tardifs, surtout en Espagne, auraient pu être imaginés de toutes pièces par les témoins.

On peut juste remarquer que, finalement, l’affaire UMMO s’inscrit parfaitement dans le cadre ufologique de l’absurde, de l’élusif et de l’ostentatoire. Tous les signaux habituels sont là. On est bien loin du cadre propret des lettres. Les faits évoquent bien plus Saliano et les gris actuels que les grands blonds policés, même si cela ne plaît pas à tout le monde :
- manipulation des témoins,
- mutilations,
- jamais deux fois la même nef ou la même apparence,
- messages mentaux,
- synchronicités,
- incohérences,
tout y est...

11 commentaires:

  1. Pour une fois, je me permets d’intervenir sur votre Blog. Je compte sur vos talents d’enquêtrice et je vous propose peut-être le sujet d’un futur billet. Ces derniers temps, je me suis intéressé à l’affaire du Bucegi qui, à première vue, me semble être un tissu invraisemblable de stupidités. C’est un fatras dans lequel David Icke ne reconnaîtrais pas ses petits. Au départ, j’ai regardé une vidéo sur le site youtube de Silvano Trotta, personnage sympathique mais qui souvent pousse le bouchon un peu loin (il y a cependant du grain à moudre dans ses propos).
    https://www.youtube.com/watch?v=rQI0Gtik29k
    J’ai réussi à regarder jusqu’au bout cette première vidéo dans laquelle intervient le gentil Gérard Deforge (Pardonnons au grand âge ! suivre les méandres de sa pensée est un supplice qui ressemble à ce que l’on voit dans le film « Y a-t-il un pilote dans l’avion », lorsque le héros raconte ses déboires dépressifs au passager qui se trouve à côté de lui et que ce dernier se pend avec sa cravate) . Mais j’ai surmonté tant bien que mal cette épreuve.
    Trotta et Deforge évoquaient les livres publiés par les éditions Atlantes, c’est-à-dire par Christel(le) Seval. Je me suis rappelé d’autres vidéos que j’avais déjà regardées de manière distraite.
    https://www.youtube.com/watch?v=ZmAv8U4Rr8A (il y en a trois qui se suivent).
    On notera en passant que le personnage évoqué (celui qui appartient au fameux département zéro) rencontre un des soi-disant Maîtres du monde au haut grade maçonnique (on croirait du Dan Brown) qui le subjugue littéralement par la force mentale qui est capable d’exercer sur les autres. Cela, à première vue, pourrait rendre hilare.
    Non, non, je ne fais nullement allusion à ce personnage d’extrême-droite dont les thèses sont un peu ickiennes aussi… (ça vaut le détour si vous ne connaissez pas, mais cela exige du temps).
    https://www.google.com/search?q=pierre+hillard&client=firefox-b-d&source=lnms&tbm=vid&sa=X&ved=2ahUKEwjjxqDsz63mAhUMlhQKHcnwDREQ_AUoAXoECBIQAw&biw=1168&bih=763&dpr=1.2
    Or, le comparse de JPP, le sympathique Bourret, récemment, affirmait avoir croisé effectivement un tel être, capable de contrôler votre esprit.
    https://www.forum-ovni-ufologie.com/t22610-jean-claude-bourret-un-jour-jai-recu-un-extraterrestre-dans-le-journal-de-20-heures-de-tf1
    Là, on commence à avoir la trouille ! D’autant que Bourret fait partie de mes idoles de jeunesse et que je ne mets pas en cause sa parole.
    Aujourd’hui, en sirotant mon café postprandial, je fais un tour sur un de mes sites favoris
    http://ufolog.eu/
    J’y suis habituellement les annonces concernant la fameuse affaire Luis Elizondo (tiens encore un vrai Espagnol comme dirait Offenbach) et Tom DeLonge (le chanteur de rock soucoupiste). Ce site parfois fumeux semble distiller de bons tuyaux sur cet apparent début de divulgation. Or, ce site est actuellement très concerné par les soulèvements populaires et je tombe sur un texte complotiste (les élites qui gouvernent le Monde) qui n’est autre - tenez-vous bien - … q’un chapitre de la Conspiration des Anges de Thomas Allen. En passant… Allen, Allen ? Alien ? Un représentant qui vend des ceintures ? Nenni… Un groupe de rock dont la vedette charismatique sert d’avatar à un Ummite vénéré.
    Donc, que déduire de tout cela ? On nous distille un storytelling (une ‘’narrative’’) assez incroyable où nombre de lignes se croisent pour converger vers un complot où la réalité perçue par le quidam ordinaire sans qualités n’aurait en fait rien à voir avec la matrice qui nous englue, et qui serait une autre réalité…
    Cette affaire du Bucegi met en scène un monde occulte avec des réseaux souterrains qui mènent, au travers d’autres dimensions, à des points précis (Chéops, Irak… Antarctique, par exemple, si l’on s’en rapporte à José-Luis Camacho Espina et à sa dernière vidéo…). Comme dans les tweets U ou bien chez Icke transparaît la présence d’êtres funestes qui exploitent le genre humain.
    Tout cela pour rejoindre peut-être votre dernier billet et en augurer un nouveau.

    Nemo U

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes le 2ème à me conseiller de m'intéresser à cette affaire du Bucegi, le 1er étant Sedenion. Et je reconnais que le résumé ne m'avait guère donné envie de me plonger dans cette histoire. Mais, comme vous en remettez une couche, c'est qu'il y a peut-être quelque chose là-dessous à creuser. Oui, Sed, ce n'est pas la peine de te rengorger.

      Et puis, j'ai lu "La Conspiration des Anges" dont l'auteur, œuvrant sous le pseudo de Allen (tout se recoupe, c'est bien vrai), est un frère maçon. Tous les thèmes que vous évoquez sont repris dans ce roman présenté comme basé sur des faits réels. Et quand on a lu la C.des A., on peut bien s'intéresser au Bucegi, ne serait-ce que pour juger quel récit est la plus fou.

      J'ai tout comme vous écouté avec étonnement les confessions de Bourret.
      Hillard, je ne connais pas.

      Cette savoureuse histoire qu'on nous sert sur un plateau est aussi reprise par un certain Marc Auburn. À chaque fois, il y a des variantes, mais les idées de base sont communes.
      Vous me donnez donc de quoi m'occuper pour mes prochaines vacances...

      Et merci d'avoir osé plonger en territoire futurenfoliesque. ;)

      Supprimer
  2. Bon, Ben, Hein, Là...:

    https://ibb.co/jM1yQBD

    H. L (cerveau à l'envers)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bis, juste pour Bonus final :

      https://ibb.co/x3FYW2d

      VHdpdHRlciBjJ2VzdCBkZSBsYSBjaGlhc3NlICEgOikp

      H. L

      Supprimer
    2. @ H.L.

      Aïe, aïe, aïe...
      Avez-vous fait le test de mon précédent billet ? Si oui, quel est votre résultat ?
      Cela dit, vous devriez confier vos cogitations à OAY... Si vous les lui adressez, il les recevra même si vous n'êtes pas abonné, à condition que votre compte ne soit pas restreint.

      Supprimer
    3. Pourquoi "Aïe, aïe, aïe..." ? :))

      Non pas fait votre test je ne crois ni aux Ummites ni à Saliano, je ne crois qu'en Dieu, Trinité et donc à l'humanité.

      Le compte Twitter est restreint et il va le rester, ils me demandent un 06 de façon agressive comme une racaille à une pauvre fille de cité, ils vont aller se faire... bien profond surtout, pis comme vous êtes là en repli stratégique c'est tout bon non ? (-:

      H. L

      Supprimer
    4. Si tous les salianisés ont fait comme vous, je comprends qu'il y ait si peu de votants. :)
      Il va falloir vous habituer à donner votre 06 un peu partout. C'est la nouvelle mode.
      Ici, on ne vous demandera rien, mais vous ne serez pas forcément lu par OAY...

      Supprimer
    5. Le but, est surtout d'être lu par des gens qui se pensent encore humain, et il y en a peu on dirait... Le but, c'est de montrer qu'un homme des plus modèste et même moyen en tout peut casser ce fameux code et qu'il n'a rien d'extraterrestre, le but... Bref.

      Mon 06 j'en ai plus, et même si j'en avais encore un jamais je ne leur donnerai, car Twitty (et les GAFA) aime bien collaborer avec tous les pires gouvernements et autres régimes agitant le "progressisme" et c'est l'une des raisons que mon compte est restreint, bon ça c'est politique, tout est lié, juste pour la compréhension...


      H. L (++ ou pas...)

      Supprimer
    6. Il y a au moins moi qui suis humaine et quelques autres aussi. ;)
      Le code, je ne sais pas s'il peut être cassé. Je ne suis même pas certaine que ce soit un code. Cela pourrait être une séquence binaire tapée au hasard.

      ++ certainement

      Supprimer
    7. @ H.L.
      Je n'ai pas diffusé votre dernier commentaire. Le principal intéressé était déjà au courant et moi aussi car l'info avait circulé dans le groupe des suiveurs sur Twitter.
      Mais je vous remercie d'avoir pensé à nous avertir.

      Supprimer
    8. Oui je comprends, désolé... Bisous :)

      Supprimer



N'hésitez pas à poser vos questions ou à donner votre avis !

Les commentaires sont modérés et ne sont donc pas publiés de suite. Enregistrez-vous sous Google ou Blogger avant de commenter !
En cas de soucis...